Saturday, December 14, 2013

Another day to enjoy




Nature contains Nature,
Nature rejoices in her own nature,
Nature surmounts Nature;
Nature cannot be amended but in her own nature
.

Sometimes in life, we have to make choices. We stand at a crossroad, we have to pick one way or the other. We’d like to forget it all, start over, erase, delete. Yet  we are not computers, and deleting would be too easy. The truth is that we can not forget, the choices we make become part of who we are, and the only thing we can do is to live with our decisions. The yoga tradition calls it sanskara, the modern science calls it cellular memory. If the yoga tradition speaks of previous life imprints, I figure that dealing with one life is already complicated enough, the next life will come soon enough, and I can’t recall anything about before. After all, it seems that in one life, we already have so many lives, why ask too many questions to which we can only get more confusing answers? The rest, we’ll call it art.

Ernst Haeckel


Ernst Haeckel. A scientist with controversial ideas about human evolution and it's origins left behind him drawings of a rare beauty. For him, his drawings were just a side line from his more serious theories about biology. Yet his drawings are so amasingly beautiful in their details and complexity, that one has to be in awe in front of such an eye for seeing the wonders of nature. In Haeckel art, what he called his "doodles", nature appears as a living mandala, rich and alive, infinite in it's variations of shapes and forms. Sea creatures, plants and animals, Haeckel went deep into the mysteries of nature. But enough words, sometimes the most beautiful things are better seen with a silent eye. Welcome to Ernst Haeckel beautiful and magical world...

Thursday, December 12, 2013

Welcome to the machine

Welcome my son
Welcome to the machine
Where have you been?
It's alright we know where you've been

Tuesday, December 03, 2013

41 years later




Once again, I passed another year. 41 years laters, and I am still here, even to my own surprise. For some, it’s old, for other’s it’s the beginning of life. For me, it’s a trip, and oh, what a trip it’s been. Around 40, we’re supposed to be grown ups, we should be adults as the books say. But I don’t believe everything that the book write and I am not quite sure what an adult is yet. So, for this time, let’s take a look at what those 41 years in this life has taught me and if I even learned anything...

Thursday, October 03, 2013

St Malo


"When they think they know the answers, people are difficult to guide. 
When they know they don't know, people can find their own way."
Tao Te Ching

Tuesday, June 25, 2013

Kali

Kali
OM  KALIKAYAI NAMAHA
Glow in the dark pigments on canvas. Nepal serie.
90x100 cm
Kali on wiki.
Série népalaise: Shanti, Ganesh, Kranti, Kali, Swatantra

Swatantra

Swatantra (freedom)
Glow in the dark pigments on canvas. Nepal serie.
90x100 cm


Série népalaise: Shanti, Ganesh, Kranti, Kali, Swatantra

Friday, June 21, 2013

Life adventure

Life is an adventure or it's nothing at all

Women tattoo nepal


In 2011, 2 nepale friends and I went on a walk. My friends wanted to visit western Nepal, the most remote area of the country. In western Nepal, there are few GNO's and the development goes slowly, most of the NGO's being in the eastern part of the country. The area, is a strong center for the maoist forces, and during the war many schools were destroyed, and many villages deserted. Now, the war finished, and new Nepal in the making, the west is the least developped, making it the wild wild west that few visit.

Jardin des Rêves

"Ne gâche pas ce que tu as en rêvant de ce que tu n'as pas; souviens-toi que ce que tu as maintenant fait partie de ce que tu as espère." Epicurus (BC 341-270)

Avec ces mots de grand sage, on va continuer notre balade autour de Kathmandu. Après Swanbunath, direction le Jardin des Rêves. Niche a l'entree du quartier touristique de Thamel, le jardin est une oasis de fraicheur au milieu de la poussière de Kathmandu. Faisant partie d'un ancient jardin royal, le jardin fut laisse à l'abandon pendant quelques années. Finalement, le jardin fut redécouvert puis rénové avec l'aide du gouvernement Autrichien, pour en faire un des endroits préférés des amoureux de Kathmandu.

Panam cards

 The jester

Hello goodbye...After 5 months of Paris, it's time to go. The subway tickets make a pile in a corner. Some get glued with newspapers, painted over, they become Paris cards.

Mandalas

 In Bergerac, Perigord, I make mandalas while the river flows...

Wednesday, May 01, 2013

Green Perigord


 Bordeaux fountain

Let's take a look at the map to see where we're at. Ah! Yes, Bordeaux, the french capital of the famous Bordeaux vine. After 9 hours of Eurolines from Paris, we arrive in Bordeaux and stay with our couchsurfing host. We visit the city, it's antique markets and it's tattoo shops, we eat, drink and enjoy the spring sun shining in the blue sky. Bordeaux is a beautiful city, with it's parcs, fountains and a wonderful river walk. A good stop on the way to Green Perigord...

Monday, April 08, 2013

Arts and tarts

 "It is better to travel well than to arrive." A Buddha



Paris Paris Paris, love hate, hate love, yes maybe no, it's another love story. The exploration of the city keeps going as the first spring sun rays pop up from behind the clouds. Some pray with colors, here we got chocolate eggs, rabbits and bells, everywhere nature is blooming again.
If I have not given any news for a while, it's because I have been writing in french on OrganiKarT. New test, new platform, bip bip, is anybody out there?
French english, english french, this question has been an interesting one for many years. What language to write in? So to answer this question equally, I decided to write in french when I feel like it, and in english when I feel like it, sometimes it's even nice to speak in franglish.

Thursday, March 07, 2013

Festival de glisse



This week end, we went to check out the Festival de Glisse International de Bercy. Located in the skate ring of park de Bercy, right in front of the Mitterand Bibliotheque, the festival is a 3 days fest of rollers, skate board and BMX bike competition. Starting at 10 am till 21 pm, the festival is 2 week ends in a row, the BMX show being on the last day.

Monday, March 04, 2013

Salon of Agriculture

Cows, ducks, horses, sheeps and goats, with a little litchis rum punch from the islands in Paris? Oh yes it's possible. This week end, we went to visit the Salon of Agriculture, at Porte de Versailles. The biggest show of this kind, the Salon happens once a year in Paris. This year was their 50 th birthday, so we went for a visit.

Ah! de l'aiguillette de canard, c'est bon!

Saturday, February 23, 2013

Little India in Paris

Chai chai chapati!
"Let's go for a samosa and a cup of chai in Paris" I say to my friend.
"Is it possible?" he asks.
"Of course it is! Come on, get up your ass, and let's go."



Thursday, February 21, 2013

Houellebecq


 Michel Houellebecq serait t'il un bouddhiste sortant du closet? Lisant La carte et le territoire, je trouve ce passage décrivant "l'artiste" selon Houellebecq. Ce qu'il décrit parle d'un des thèmes principaux du bouddhisme, c'est a dire l'impermanence.
L'artiste, un être soumis face à l'impermanence des choses et du monde. Peut être...mais alors...sommes nous tous des "artistes"?

"...-Jed devait être interroger à de nombreuses reprises sûr ce que signifiait, à ses yeux, le fait d'être un artiste. In ne devait rien trouver de très intéressant ni de très original à dire, a l'exception d'une seule chose, qu'il devait par conséquent répéter presque à chaque interview: être un artiste, à ses yeux, c'était avant tout être quelqu'un de soumis. Soumis à des messages mystérieux, imprévisibles, qu'on devait donc faute de mieux et en l'absence de toute croyance religieuse qualifier d'intuitions; messages qui n'en commandaient pas moins de manière impérieuse, catégorique, sans laisser la moindre possibilité de s'y soustraire- sauf à perdre toute notion d'intégrité et tout respect de soi-même. Ces messages pouvaient impliquer de détruire une œuvre, voire un ensemble entier d’œuvres, pour s'engager dans une direction radicalement nouvelle, ou même parfois sans direction du tout, sans disposer du moindre projet, de la moindre espérance de continuation.
C'est en cela, et en cela seulement, que la condition d'artiste pouvait, quelquefois, être qualifiée de difficile..."
Michel Houellebecq: La carte et le territoire. p 106

Tuesday, February 19, 2013

OrganiKarT collection

New jewerly collection from Nepal at OrganiKarT

Bone skull malla.

Buddha and Om Mane Padme Om pendants, metal and stones.

Monday, February 18, 2013

Khaptad national parc

Lentement mais surement, j'organise mes photos de trek et autres beautés du Népal.
Voici quelques photos d'une trek dans le far West du Népal, dans le park national de Khaptad a 3 300 mètres d'altitude.


Les photos sur mon blog de voyage Nepalais: http://manue.nepal-travel.org/2013/02/18/khaptad-national-park/
Vous pouvez lire un article sur la trek au lac de Rara au parc national de Khaptad ici en anglais

Sunday, February 17, 2013

Gajar ko halwa

J'adore les desserts indiens. Trés sucrés, et pour la plupart à base de lait, ils sont une délicatesse à ne pas manquer durant vos voyages indiens. Si certains desserts indiens demandent des ingrédients parfois difficiles à trouver, je vous présente aujourd'hui une recette facile et rapide. Elle peut être faite avec des ingrédients que vous pourrez trouver dans n'importe quel supermarchés.


Le halwa, est un dessert traditionnel qui peut prendre de nombreuses formes. La cuisine est toujours meilleure quand on s'amuse, alors, soyez créatifs dans sa préparation. Rappelez vous:  c'est vous l'artiste! Celons vos gouts, mettez plus ou moins de sucre, noix et fruits dans la recette.
Voici le gajar ko halwa, c'est un dire un halwa à la carotte.


Pour cette recette il vous faudra:
- 6 a 8 carottes
- des graines de cajous ou des amandes
- raisins secs
- de la ghee (beurre clarifié), ou bien du beurre
- lait
- sucre
- des graines de cardamome
- gingembre


Suggestions:
- semoule, si vous voulez un halwa à la semoule
- vous pouvez utiliser un paquet de fruits secs et de noix.
- à la place de lait et sucre, utilisez un peu de lait concentré.


Râper vos carottes finement. Faites les revenir dans du beurre, ou bien dans du ghee, pour 5 minutes environs. Vous verrez que les carottes changent légèrement de couleurs, devenant plus claires. Ajoutez vos épices, noix, et raisins, et recouvrez le mélange de lait. Laissez mijoter quelques minutes en remuant jusqu’à ce que le lait ce soit évaporé. Ajoutez le sucre, laissez cuire quelques minutes pour que le sucre fonde.

Une fois le mélange cuit, mettez le dans un plat. Décorez à votre guise, avec des noix de cajous ou fruits secs. Servez et régalez vous!

Vous pouvez faire un halwa à la semoule. Ajoutez de la semoule avant le lait, et le tour est joué. Il vous faudra juste bien remuer durant la cuisson. A vous les artistes!

Sunday, February 10, 2013

Rara tal

 Lac de Rara.

Une collection de photos d'une trek au lac de Rara dans l'ouest du Népal, dans le district de Mugu. Le lac le plus haut du Népal, perché a 2,990 metres d'altitude.
Vous pouvez lire un article sur la trek de Rara au parc national de Khaptad ici en anglais.

Saturday, February 09, 2013

Terre mère 2


Liberté Egalité Fraternité, tout cela m’a façonné, une image à la fois, j’en suis consciente. Pourtant, cette terre mère qu’est mon pays, je n’y ressens aucun attachement particulier, sauf que j’y suis née et donc y aie certaines facilités qui deviennent vite juste règles de vie. La France fait partie de mon histoire, tout simplement, ni plus ni moins. Mes parents y vivent, et j’aime bien une bonne baguette tradition avec un bout de camembert. La France est assise sur un superbe territoire, du sommet le plus haut d’Europe, au plateau du Larzac, des océans aux rivières et lacs, c’est  une belle géographie. Ca c’est une belle France dont j’aurais presque pue être fière, si je pensais que la nature nous appartienne.

Terre mère


Pourquoi revient-on s’il n’y a pas de retour possible ?
Je ne sais pas. Cette question de « maison », de patrie mère, elle aussi change de réponse au fur et à mesure que le grand voyage dans la vie avance. Il y a de ces questions qui sont trop grandes pour nous, mieux vaut les laisser circuler, sinon on arrête un peu d’avancer.  A propos de mon pays d’origine, je n’ai jamais ressentie aucune fierté particulière d’y d’être née. Je suis née en France, et alors ? Cela m’a permis une certaine éducation, une certaine forme de liberté. Cela n’est pas une fierté, c’est un fait, c’est tout. D’ailleurs, je dois cette éducation plus à mes parents qu’à mon lieu de naissance.  Alors, que veux-t-on vraiment dire par « mon pays natal » ?

Friday, February 08, 2013

La suite...

Il est temps que je consolide. c'est-à-dire, que j'organise mes écrits et photos. J'ai la mauvaise habitude de me disperser. Telle une abeille, je butine ici et là, je blogue, je test des plates-formes, bref je joue comme une enfant s'amusant avec le temps.

Monday, February 04, 2013

Partir et revenir

Paris. Un hiver.
De retour en France, je me mets lentement à lire des récits de voyages, une catégorie de livres que je n’ai pas encore vraiment explorée. Je suis plus habituée à lire des  vieux traités de religions/philosophies et autres obscurités métaphysiques. « Des livres chiants », comme dit mon père. Une nouvelle période de ma vie s’ouvre, et les livres suivent avec. Peut être qu’avec l’âge, les questions m’intéressent moins.  Je sors donc des textes dans lesquels les écrivains se posent des questions trop compliquées pour y trouver des réponses. Je laisse « qui suis-je et dans quelle étagère » pour d’autres, moi, je n’ai trouvée qu’un être en évolution constante. Je lève la tête de mes grimoires, et trouve des récits pour me faire rêver dans la grisaille du métro parisien. Je continue de lire Alexandra David Néel, un livre a la fois. Puis je découvre Joseph Kessel, un bourlingueur a l’œil aiguisé comme un couteau a double tranchant.


Et puis, je lis des récits dans expemag, et je me dis que c’est une bonne idée de s’inspirer de tels récits pour de mon cote partager quelques pensées.
Une des questions qui revient souvent est a propos de voyage.
Ah, le voyage, un bien grand sujet qui a remplie bien des pages. Et d’abord, pourquoi partir ? Pourquoi revenir et  peut on vraiment revenir ? Et puis, qui sont ces voyageurs ?
Le mot « voyage » est intéressant. Pour moi, le voyage c’est la vie. Toute notre vie nous voyageons, car a travers nos marches a travers le monde, c’est bien une découverte  intérieure dans laquelle nous nous aventurons. Ces questions concernant le voyage  sont comme le mantra silencieux de l’explorateur. A un moment, ou bien a un autre, il se les posera. Il va, c’est tout, sans jamais vraiment savoir ce qui l’attend.  A un moment, tout le monde se posera cette question. Assis devant un feu de bois, ou bien assis tranquille dans son salon regardant un documentaire d’autre part, les voyageurs rêvent et continuent de faire rever.
Pour certains ces questions passent comme un nuage, pour d’autres elles deviennent une obsession, d’autres les vivent, tout simplement, sans se poser trop de questions.


Pourquoi part-on ?
Peut être  y a-t-il autant de raisons de partir que de voyageurs. Chacun sa valise a la main, chacun son passe, chacun ses rêves.  On a tous à un moment ou à un autre penser a partir, à tout quitter. Ras le bol de tout, on veut passer à autre chose. Mais voila, il y a la famille, il y a les maisons et autres attachements, et puis il y a la vie. La vie elle est aventure, et c’est un autre chemin. L’aventure, c’est l’incertitude, c’est le moment, c’est le lâcher prise.



Alors, la grande aventure, certains la vivrons, ceux la sont très rares. Comme des oiseaux exotiques, ils ont un je ne sais quoi dans les yeux comme si ils appartenaient à un autre monde. Ceux la, gardent l’immensité du ciel tatouer sur leur visage, des sourire grand comme l’océan aux lèvres. D’autres, bien plus nombreux,  gouteront des bouts ici et la, et cela suffira, parce qu’âpres tout, le voyage n’est pas fait pour tout le monde, et tout le monde n’est pas fait pour le voyage.  Chacun ses rêves, chacun ses marches à gravir.
Pour moi, partir a toujours sembler une évidence. Gamine, je me baladais avec un sac, et je disais fièrement : « je pars ». Je ne savais ni ou aller, ni même qu’il y avait un monde dehors.  Le désir de partir a la découverte est venue bien avant de savoir qu’il existait un monde en dehors de mon petit confort d’enfant. Mes premières découvertes ont étaient faites en colonies de vacances et en voyages familiaux. Très rapidement cette envie de voyager s’est installée en moi, pour ne plus me quitter. La vie ne pouvais m’enfermée dans une cage, j’avais besoin de respirer et de bouffer de la liberté jusqu'à m’y perdre, seulement pour mieux me trouver. Enfant sauvage, je voulais juste partir et être libre.
Alors un jour, je suis partie. J’ai pris mon sac, mon journal et mes pieds, et j’ai pris la route…


On ne peut pas revenir du voyage. On ne peut jamais revenir pour la simple raison que nous ne sommes plus les mêmes. Revenir serait comme de demander que les jours de la semaine reviennent en arrière. Le temps passe, on ne peut pas le retenir. Revenir serait comme de vouloir retourner a notre enfance, ce n’est pas possible parce que nous avons grandis. Durant le voyage, nous avons remplis nos yeux de milles et une nuit,  nous avons vue qu’il y a d’autres manières de vivre. Nous nous sommes enrichis. Nous avons changé, nous ne pourrons jamais revenir, parce que nous ne sommes plus les mêmes.




Le voyage nous change, inexorablement, sans retour en arrière, pour le meilleur et pour le pire. Le voyage nous a fait découvrir que la famille est aussi les gens que l’on aime et avec qui on partage des moments forts et doux. On découvre que la famille n’est  pas seulement les gens avec qui on partagent le sang. Le sang lui, il coule, comme une rivière, jusqu'à la mer. La dégustation d’un repas tout simple devant un feu de bois devient un festin digne de tout grand hôtel. Des liens se lient entre nous, la terre et ses habitants rencontrés au passage. Le voyage nous rend pate à modeler, a nous de s’adapter aux situations qui se présentent. A nous de créer notre vie.

Une fois un voyageur, pour toujours un voyageur. Il n’y a pas de retour en arrière, on ne peut que continuer d’avancer a travers les chemins qu’offre la vie. Pour moi, le voyage c'est la vie. Le voyage tiens beaucoup plus aux gens que l'on rencontre, qu'aux paysages qui s'etendent devant nous aussi sublimes soient ils.
Alors, si je ne peux répondre a ces grandes questions, je peux partager mes aventures, des images et des mots, et c’est déjà beaucoup ... et que le voyage continue!

Un autre texte sur le voyage.
Photos prisent au Nepal, a Kathmandou et au Parc National de Khapat.

Malakof graf





Found around Malakof...